Temps à lire: 4 minutes

Olivier Cardin est né à Paris 20 ème, il y a vécu 28 ans, puis il décide d’aller voir ailleurs, depuis il habite Annecy.
Sa première rencontre avec l’art fut en 1971 au Musée de l’orangerie à Paris pour une rétrospective de Vincent Van Gogh, quand il en est ressorti, il se sentait tellement bien, que dès qu’il fut rentré chez lui, il dit à sa mère, qu’il voulait faire Vincent Van Gogh comme métier, mais elle lui répondit avec ironie, « que c’était déjà pris! »
Il restera très touché par Van Gogh, Modigliani, Soutine et tant d’autres, mais aussi Patinir, peintre du 15 eme siècle .

12705707_226644971004564_4982414061708596159_n

Olivier Cardin se définit comme un troubadour, un ménestrel de la peinture, un barbouilleur introverti. Il va reprendre la peinture après dix années d’arrêt. Il aura une préférence pour ses peintures plus qu’à ses dessins.

13102849_263381293997598_5457158446804124069_n-1

Son oeuvre préférée sera le Christ bleu, pourtant ce n’est pas celui avec qui il aura eu le plus de succès. Cette œuvre lui est arrivée comme par enchantement.

Il nous écrira: »Je ne savais pas ce que j’allais faire, alors en me traitant de tous les noms d’oiseaux, parce que je n’y arrivais pas, je jetais avec rage mes couleurs, dans tous les sens, pêle-mêle, dans une espèce de chaos, en fermant les yeux, pour que mon cerveau ne dirige pas ma main, comme si je voulais me battre, avec ma feuille. Puis la tournant dans tous les sens, pour voir ce qui pourrait sortir de ce magma, je vis un oeil, puis la courbure du nez que j’accentuais avec le pinceau, puis l’autre œil, le visage, tout c’est enchainé très vite, la couronne, les contours, puis le texte qui accompagne cette œuvre, je ne parle pas de religion, mais de sentiments, de souffrances, de noirceur qui m’ont accompagné de 2005 à 2015 …! voici le texte « Christ bleu à l’âme, oublié dans un terrain vague, les yeux dans le vague, loin du vacarme des terriens, soigne ses bleus, ses coups de blues, qui reviennent inlassables comme des vagues bleues. »

15281921_367287543606972_769075115_n

Olivier à l’âme d’un poète, le voici  avec ses mots
« le vieux, sur le chemin, le sentier, sur la voie, pas à pas, parle à haute voix, sur le gravier qui crisse, sur la terre qui crie, il marche tout droit, et entend des voix, en traversant les champs, des chants d’oiseaux, au chœur de la nef des fous, aux cœurs des hommes, en traversant à pied les vignes, assemblage de cépages, sang pressé qui coule, sur la terre, sur l’argile, son âme à la main prête à s’envoler, de l’autre côté. »

« Dans ces mélis-mélos de mots et de maux, assieds-toi mon coco, essoufflé d’avoir tant couru ou dansé sur des tempos de flamenco, pour échapper au chaos, assieds-toi pour respirer dans le campos et trouver le repos…!  »

« Stressé, tressé dans les mailles du filet comme une pelote de laine, sortir du soupirail et démêler les fils de l’haine… ! L’espoir sur le fil du rasoir. »

« Douce peinture amie qui somnole sous la pluie, je trimballe ma mélancolie sur le clavier de la vie, du bout de mon pinceau, comme une baguette d’orchestre, notes blanches tendresse, notes noires tristesse. Assis sous la pluie, dans les brumes, les rêveries, mon esprit s’enrhume, sur le bitume…! »

« À tire d’aile, sous les voutes argotiques, voutes de pierres en ogives maçonnique, taillées au chœur, éclairé par un soleil couchant, rosaces chantantes de chants grégoriens, transpercées comme un rien de flèches colorées, où son âme s’est envolée. Vitraux en feu qui pleurent des larmes de verre assemblées par le plomb, transmutation, transpiration du souffleur de verre, souffleur de mots écrit sur du papier, que je roule en forme de fléchettes, collées d’un coup de langue, comme du papier à cigarette et que j’envoie d’un souffle puissant de l’autre côté de la terre, de l’autre côté de la vie, avec ma sarbacane d’enfant. »

Quand on lit ses poèmes, quand on découvre ses peintures, Olivier Cardin à cette personnalité passionnante, prenante, sensible …

 

Vous trouverez également son livre  « Retrovisions » Broché – 1 juin 2005
de Cardin Olivier (Auteur)

Il expose actuellement à la galerie têt’de l’art à Forbach, du 25/11 au 31/12, puis au salon des beaux arts à Paris du 8 au 11/16.

Quand à ses prochains projets, il sera à la galerie Vis’art à Lyon fin Janvier 2017 et à nouveau à Paris en février 2017.

15285052_366624413673285_1391888594795056965_n